Santé MAG
 

le professeur Abdelkrim SOUKEHAL,
chef de service d’épidémiologie et de médecine
préventive au CHU de Béni Messous
:
“ Le pneumo 23 est disponible
en permanence dansmon service”

Propos recueillis par : Nour Djazairi

Responsable d’infections variées, le Streptococcus pneumoniæ, communément appelé pneumocoque, constitue un problème majeur de santé publique à l'échelle mondiale. En effet, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les infections à pneumocoque, qui causeraient jusqu’à un million de décès d’enfants par année, sont la principale cause de décès évitable par la vaccination chez les enfants de moins de cinq ans à l’échelle mondiale(1).

Les infections à pneumocoque englobent plusieurs affections causées par le Streptococcus pneumoniæ (2). Elles regroupent des infections invasives telles que la bactériémie et la méningite, ou même la pneumonie et l’otite(3) . Elles touchent les nourrissons, les personnes âgées et les immunodépr imé s, les affections occasionnées variant selon l’âge.
Pour lutter contre ces infections, les professionnels de la santé préconisent une vaccination au Pneumo 23®, un vaccin pour l'adulte et les enfants de plus de 5 ans avec rappel tous les 5 ans.
Le service d’épidémiologie et de médecine préventive du CHU de Béni Messous est l’un des services pionniers dans le domaine de la vaccination contre le pneumocoque.
C’est le premier service au niveau national à s’être doté du vaccin Pneumo 23® du laboratoire Sanofi Pasteur. Interrogé à ce sujet, le Pr Abdelkrim Soukehal, chef du service épidémiologie et médecine préventive au CHU de Béni Messous nous dira que le vaccin est disponible en permanence depuis plusieurs années. "Cela fait 15 ans que nous l’avons introduit", a assuré l’épidémiologiste estimant que "jusqu’à il y a une année, c’était le seul service à l’avoir intégré en Algérie".
Et d’ajouter : "Notre service est également un centre agréé pour les vaccinations internationales (vaccination destinées aux voyageurs)". Le spécialiste a par ailleurs précisé que
"Le service d’épidémiologie du CHU de Bab El Oued a emboîté le pas au notre, en procédant il y a une année, à l’acquisition de ce vaccin".
Le pneumocoque est une bactérie enveloppée d’une capsule, structure composée de sucres complexes (dits polyosides ou polysaccharides), expliquant pour partie sa virulence.
Selon la nature de ces polysaccharides, plusieurs sortes de pneumocoques sont définies et appelées sérotypes ou valences.Il existe environ une centaine de sérotypes du pneumocoque, dont l'importance est variable en médecine humaine. Ces sérotypes sont désignés par des chiffres parfois suivis de lettres (exemple : pneumocoque de sérotype 1 ou de sérotype 19F.

Il y existe deux types de vaccin contre le pneumoccoque : le vaccin polyosaccaridique (PSPV, tel le Pneumo 23® à vingt-trois valences) réservé aux adultes et aux enfants de plus de 5 ans et le vaccin conjugué (CPV, tel le Prevenar 13® à treize valences) destiné aux nourrissons et non disponible en Algérie.
"Le Prevenar 13® (fabriqué par les laboratoires Pfizer) n’est pas encore disponible dans notre service" indique t-il. "Son introduction traîne depuis deux ans, mais elle devrait intervenir prochainement", nous a-t-il encore expliqué. Il est recommandé pour l’immunisation active des enfants âgés de six semaines à cinq ans contre les sérotypes 1, 3, 4, 5, 6A, 6B, 7F, 9V, 14, 18C, 19A, 19F et 23F pour prévenir les otites et plus de 80% des méningites bactériennes.
Quant au Pneumo 23®, disponible en Algérie, il tire son nom du fait qu’il contienne les vingt-trois valences les plus importantes et les plus fréquemment impliquées dans les infections invasives, notamment celles résistant aux antibiotiques : 1, 2, 3, 4, 5, 6B, 7F, 8, 9N, 9V, 10A, 11A, 12F, 14, 15B, 17F, 18C, 19A, 19F, 20, 22F, 23F et 33F. Grâce à cette couverture sérotypique large, le Pneumo 23® confère une protection contre la plupart des infections à pneumocoque et protège des pneumonies à pneumocoque graves. Il est bien toléré et présente peu d’effets indésirables.

7000 patients vaccinés au Pneumo 23

Abordant ses avantages, le Pr A. Soukehal dira qu’il est recommandé dans certaines indications. La vaccination contre le pneumocoque est vivement recommandée pour les patients présentant un risque élevé d’infection invasive à pneumocoque.
"Il est préconisé, entres autres, aux enfants de plus de cinq ans, aux personnes âgées, aux sujets fragiles et aux malades chroniques. Le Pneumo 23® est également très efficace chez les sujets splénectomisés (ayant subi une ablation de la rate).

 

La vaccination de ces sujets est d’ailleurs une indication essentielle", signale t-il, en insistant sur la nécessité de vacciner contre le pneumocoque tous les patients splénectomisés. Le Pneumo 23® est également préconisé à titre préventif pour les patients atteints de syndrome néphrotique, insuffisants respiratoires, insuffisants cardiaques, ayant des antécédents d’infection pulmonaire ou invasive à pneumocoque et chez les sujets susceptibles d’être fréquemment hospitalisés, tout particulièrement les insuffisants respiratoires et patients ayant un terrain alcoolo-tabagique.
"Le Pneumo 23® est généralement bien toléré chez les patients vaccinés", nous apprend le Pr A. Soukehal, qui rappelle que 7 000 patients ont été vaccinés au Pneumo 23® et sont actuellement suivis dans son service notamment pour le rappel 5 ans après primo-vaccination. Et de préciser, que "le vaccin rencontre beaucoup de succès, beaucoup de malades viennent le réclamer pour son efficacité et ses effets bénéfiques".

Le Pneumo 23 en association
avec le vaccin antigrippal

Le Pr A. Soukehal a par ailleurs indiqué que son service dispose d’une
cohorte de près de 500 patients à qui le Pneumo 23® a été administré concomitamment au vaccin antigrippal saisonnier, avec rappel tous les ans. "Les patients sont suivis régulièrement et répondent très bien au traitement.
Aucun effet secondaire n’a été enregistré" dit-il.
Dans le contexte de pandémie grippale, la vaccination contre le pneumocoque a été recommandée comme moyen efficace, bien toléré et bien supporté pour protéger les patient à risque contre des conséquences parfois très graves voire mortelles, d’une infection ou surinfection à pneumocoque.
Rappelons que la pneumonie à pneumocoque fait encore chaque année plusieurs milliers de victimes, notamment parmi les personnes à risque et les personnes âgées de plus de 65 ans •

(1) - OMS/2007/94/c/7-10.
(2) - cdc pink book/2008/chapitre 15/218/f et 219/m.
(3) - Coalition canadienne pour la sensibilisation et la promotion de la vaccination.
http://www.immunize.cpha.ca/fr/diseasesvaccines/ pneumococcal.aspx
Pour l'utilisation du PPSV23 (vaccin anti-pneumocoque polysaccharidique, à 23 valences) l'Advisory Committee on Immunization Practices, ACIP (Etats-Unis) recommande :
• Son utilisation chez les enfants de 2-18 ans à risque majoré d’infection invasive à pneumocoque.
• En plus d’une vaccination au PCV13 (Vaccin anti-pneumocoque conjugué, à 13 valences), les enfants à risque majoré d’infection invasive à pneumocoque, doivent recevoir du Pneumo 23 dès l’âge de 2 ans ou alors, dès que le diagnostic de maladie chronique est établi, si l’enfant à plus de 2 ans.
• La vaccination au PCV13 doit être effectuée avant la vaccination au PPSV23.
• La vaccination au PPSV23 doit être effectuée au moins 8 semaines après la dernière dose de PCV13.
• Les enfants déjà vaccinés au PPSV23 devraient, également, recevoir les doses PCV13 recommandées.
• Une deuxième dose de PPSV23 est recommandée, 5 ans après la première dose de PPSV23, pour les enfants présentant une asplénie fonctionnelle ou anatomique, une infection au VIH ou d'autres maladies d’immunodéficience.
• Il est recommandé de ne pas utiliser plus de deux doses PPSV23.